Manipulation génétique jusqu’où peut-on aller ?

Partagez !

ga.00006

CRISPR-Cas9, une nouvelle technique permettant de modifier facilement l’ADN, fascine autant qu’elle inquiète la communauté scientifique. Dérivée d’un mécanisme de défense bactérien, une nouvelle technique de suppression et d’insertion de gènes se répand dans les laboratoires. En ligne de mire : l’espoir de traiter de nombreuses maladies génétiques… mais pas que !

Ce qui est en jeu, c’est l’homme de demain.

Plus d’un débat scientifique, la manipulation génétique reste un débat de société, les plus conservateurs, souvent religieux, accusant l’homme de vouloir prendre la place de dieu, d’autres, plutôt ultra-libéraux, profitant de l’aubaine pour investir dans l’avenir et, comme ils disent, « l’augmentation » de l’espèce humaine, d’autres encore préfèrent une réflexion plus profonde permettant une évolution réfléchie et équitable de l’usage de ses sciences.

L’idée ici n’est pas d’être pour ou contre, ce n’est pas le débat, d’autant qu’il est déjà trop tard pour légiférer sur le bien-fondé ou non de ces expériences, la marche des évolutions génétiques des laboratoires, leurs usages à des fins thérapeutiques voire pour le choix de sexes ou choix physiques étant déjà un fait courant. La tentation est grande de découvrir et d’utiliser ces manipulations à des fins d’augmentation permettant à l’humain de faire des choses que l’évolution ne nous a pas permis dans sa logique naturelle ou d’être ce qu’il n’est pas encore. La tentation est grande pour ceux qui en ont les moyens de financer ces recherches, des groupes importants étant depuis longtemps sur les rangs, finançant des technologies nouvelles, les manipulations génétiques en faisant partie. Leurs buts, qu’ils soient financiers ou scientifiques sont discutables, ne se mettant aucune limites, quitte à en dénaturer l’idée de l’humain et de l’humanité.

Alors jusqu’où peut-on aller, est-ce à chaque État du monde de prendre leurs propres décisions sur telle ou telle autre accessibilité de leurs citoyens à telle ou telle autre modification génétique, au risque de voir un autre État ne pas légiférer sur ces manipulations, donnant un avantage intellectuel ou physique à leurs résidents, à ceux qui en ont les moyens, l’entièreté de ces questions, et leurs réponses accentuant les différences et les inégalités.
Il est évident que les États les plus à la pointe, vont faire profiter de ces avantages à leurs armées, les manipulations génétiques associées aux multiples technologies avancées, connectées et robotisées, façonnant le militaire de demain. Il va aussi de soi que ce genre d’évolution sera un jour une mode, chacun malgré les risques, malgré les coûts se voulant augmenté, pour être plus beau, plus fort, plus intelligent.

Il est difficile aujourd’hui de tirer des conclusions tant qu’à l’aspect de nos sociétés de demain, les évolutions génétiques, celles de la robotique, les technologies de pointe et connectées accessibles à tous changeant littéralement l’aspect et le sens de la vie, les rapports entre humains. Les choix que feront les uns et les autres pour eux-mêmes, la conscience qu’ils auront de ces choix pour l’ensemble de l’humanité est décisif tant qu’à l’avenir, l’utilisation de ces évolutions pouvant ou servir l’humanité et ses environnements, dans un esprit de bienveillance, ou au contraire donner une raison d’agir en prédateur.

Nul doute que les deux aspects de ces choix verront le jour, personne aujourd’hui n’étant en capacité de dire lequel convaincra le plus. Pour ma part, je crois en l’humanité et en sa sagesse.

Gilles Ragnaud

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.