Le vivre ensemble ne serait-il donc qu’une utopie ?

Partagez !

septembre-013-01

Qu’il est difficile parfois de construire, de créer, de s’entendre, surtout quand toutes les parties ne vont pas de concert. Certes nous ici chez GA nous sommes les premiers à remettre en cause non pas la laïcité, mais ses emplois, les trouvant à la fois déviés, manipulés, abusifs même par moment, étant de plus non démocratiques et donc souvent subjectifs. Mais ceci ne nous empêche pas d’être pro laïc, d’en défendre coûte que coûte les valeurs, étant pour nous les bases d’un vivre ensemble incontournable dans une société que nous voulons à la fois moderne et tournée vers l’avenir.

Dans tous les milieux religieux ou non, il y a des non laïcs, de ces gens refusant, pour les uns au nom de leur divinité et de ses rites, toute forme de compromis. Ainsi plusieurs groupes catholiques n’adhèrent pas à cette séparation, et apprend-on aujourd’hui, un quart des musulmans préfèrent les lois coraniques à celles de la république. Pour eux, ces croyants en général, l’État ne doit non seulement pas intervenir dans leur culte, mais en plus les États doivent être dirigés par leurs éminences, il est donc alors facile de s’imaginer les difficultés d’une entente générale, sachant que même chez les athées de plus en plus s’extrémisent, dégoutés de ne pas être entendus, écoutés, ou plus simplement pris en compte parmi les convictions nationales.

Le vivre ensemble ne serait-il donc qu’une utopie ?

« Pour moi œuvrer pour le vivre ensemble, c’est savoir donner des chances nouvelles à cette idée, et c’est dans cette optique que Génération Athée travaille à des propositions, des compromis, à plus de sagesse et de démocratie dans l’espace laïc. L’Éducation (avec un grand É) en est le soutien principal, le vivre ensemble étant un enseignement au même titre que la religion, que la logique, que les sciences etc. Cet enseignement par contre n’est pas forcément une « étape républicaine, » devant avant tout être une admission générale religieuse ou non, un seuil de départ à toutes formes de convictions, laissant de côté leurs rites, pour ne plus  s’adonner qu’au principal, qu’à l’étincelle, sans attribut, celle d’une foi, ou non, nu, c’est à dire dénué de toutes accoutumances et pratiques, ne s’en tenant plus qu’à l’absolu, croire n’étant qu’une notion intellectuelle, qui se doit de rester dans les têtes et nulle part ailleurs. »

Nul doute que ce genre de discours venant de athées comprenant que d’autres puissent envisager le monde autrement, ne saurait trouver d’adhésion auprès des religions de tout poil. Nul doute que ces dernières seraient dans l’incapacité de comprendre toute l’envergure de cette sagesse, voulant absolument restituer à leurs croyances, leurs multiples règles compulsives, idolâtres et fétichistes, l’esprit ne leur suffisant pas, ayant pour asseoir leur pouvoir d’attraction, ce besoin de sur-jouer ce qui pourtant n’est et ne devrait être qu’une valeur intellectuelle, personnelle et intérieure.

Nos convictions étant au moins toutes aussi importantes que celles des autres certitudes, ce vivre ensemble doit donc se faire avec nous athées, devant en être partenaires et même plus encore, devant en être porte-paroles. Nous nous devons donc de progresser exclusivement dans le compromis, la compréhension, la discussion, comprendre que d’autres puissent, ailleurs ou ici, envisager les sources de notre monde différemment, le tout en faisant respecter que nous aussi nous envisageons ce monde autrement, devant nous aussi nous y faire respecter, le compromis ne devant et ne pouvant être une porte ouverte au tout et n’importe quoi.

Ce vivre ensemble ne sera pas facile, d’autant que pour nous athées il va de soi avec une certaine forme de sagesse intellectuelle, que peu, très peu de croyants comprennent et appliquent, des croyants pourtant il est sûr, tout aussi fidèles à leurs opinions que les autres.

Gilles Ragnaud

Articles recommandés

1 commentaire

  1. Un grand Merci pour de sages paroles et des propos pertinents.Cette page nous invite à la réflexion,une question reste .comme cette épée accrochée à son crin…comment faire??La sagesse de l’Athée n’est plus suffisante,isolée ,voir évitée car non représentée…..Merci Gilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.