Athées, nous marchons sur un fil duquel il ne nous faut surtout pas tomber.

Partagez !

 

octobre-007-01

Il y a quelques années, dans le cadre de l’écriture de la « Théorie de Méthodes Politiques Sociales et Économiques », j’ai développé une notion purement philosophique, celle de l’Aequus Libra (équilibre).

L’idée est simple. On part du principe qu’au démarrage nos civilisations ont sous leurs pieds un socle fin comme l’épaisseur d’un fil et d’une longueur infinie. Nos civilisations doivent coûte que coûte avancer sur ce socle tout en gardant bien sûr l’équilibre pour ne pas chuter d’un côté ou de l’autre, c’est-à-dire tomber vers des extrêmes.

Imaginons :

– le fil est égal au temps.

– Son épaisseur est égale à notre capacité à avancer en stabilité.

– Le pied est notre civilisation, comprenant nos systèmes économiques, politiques et sociaux.

L’idée est de comprendre que plus nos civilisations avanceront en équilibre, plus le fil s’épaissira donnant plus d’appui à nos pieds, pouvant donc avancer avec moins de craintes de chuter d’un côté ou de l’autre tout en augmentant sa vitesse d’évolution. Nos civilisations avec le temps et leurs avancées sociales, politiques et économiques, finissant par avoir sous leurs pieds un vrai sol, solide et large où les possibilités de chuter seront largement réduites.

Cette représentation philosophique s’applique à beaucoup de nos évolutions, l’athéisme tel que nous sommes en train de le construire avec vous chez Génération Athée, devant avancer dans le même état d’esprit, celui de l’équilibre pour ne pas chuter d’un côté ou de l’autre, c’est-à-dire tomber vers des extrêmes.

S’engager dans un athéisme telle que celui que conduit la « Confédération Génération Athée », demande de savoir faire la part des choses et d’être clair dans nos propos. N’oublions jamais que nous marchons sans cesse sur ce fil extrêmement fin, d’où nous ne devons absolument jamais tomber, l’un des côtés de ce fil est la religiophobie, et l’autre la xénophobie, ce qu’en aucun cas nous ne sommes, la notion d’Aequus Libra prenant ici tout son sens.

Athées, nous avons quelques siècles de retard…

Nous partons avec des handicaps de taille, à commencer par le fait que les religions ont pignon sur rue depuis des siècles, étant largement inculquées dans nos cultures comme étant une norme, de plus richissime, puissante et dogmatique. Nous en face nous n’avons rien, ou pas grand choses, commençant tout juste à trouver les mots à nos maux, à organiser une forme de solidarité athées, de comprendre une ligne de conduite à tenir, sachant ce qu’il nous faut être et ce qu’il ne nous faut surtout pas être.

Malgré cela, et nous le voyons chaque jour ici sur Générations Athées, un nombre grandissant d’entre nous ont cette envie de crier haut et fort leur ras-le-bol, leur envie de respect de nos convictions et équilibres sociaux, d’une plus grande démocratie laïque, voulant vivre nos libertés individuelles et collectives en toute indépendance, ne voulant plus être les dindons de la farce, mais bel et bien acteurs de notre sphère publique.

Tout voyage commence par un premier pas.

Faire valoir nos convictions est une démarche compliquée, très compliquée, mais obligatoire si nous voulons obtenir une vraie écoute citoyenne. Pour cela nous devons savoir gagner notre indépendance, sachant nous imposer, nous faire écouter, ordonner nos revendications auprès des instances politiques et sociales du pays.

Pour l’instant nous avons presque tout le monde contre nous, l’État en premier lieu, qui n’a aucun intérêt à rajouter dans la cohue laïque de nouveaux acteurs, les religions bien entendu, à qui nous ne faisons, d’après elles, que de l’ombre, sans compter ceux qui prêchent le faux espérant un vrai, ceux qui jouent sur les mots, ceux qui cherchent la petite bête, ceux encore qui vont chicaner… bref, ceux qui dans tous les cas seront contre pour ne pas être pour. Ainsi au moindre de nos mots et gestes se sont des cohortes de malveillants qui vont nous tomber dessus, dont nombre d’athées, pour certains extrémistes, pour d’autres ne se sentant pas concernés, d’autres encore ne comprenant pas nos démarches, tous préférant tuer l’action dans l’œuf, n’hésitant pas pour ce faire à utiliser toutes formes d’amalgames.

SANS DIEU NI HAINE, ET AVEC UNE MAJORITÉ DE CITOYENS.

Pour ma part, j’ai toujours pensé que commencer par être ignoré est un bon début, peut-être est-ce parce que je suis un optimiste, peut-être aussi est-ce parce que je sais, parce que nous savons tous, que plus de 60 % des Français ne s’identifient à aucune religion où se disent athées.

Nous avons donc à nos côtés des gens bien plus inattendus, de ces gens que je rencontre à longueur d’année, de ces gens sans à priori sur les autres, sans racisme ni phobie d’aucune sorte, des gens qui comme nous souvent se sentent envahis, pas pris en compte, des gens qui se sentent imposer des valeurs, des modes et modèles qui leurs paraissent inappropriés, provocateurs. Ces personnes sont pour la plupart sans conviction religieuse, ayant même au contraire envie de s’en éloigner, de les ignorer, préférant se tourner vers des valeurs plus concrètes, palpables, la génétique, les sciences, l’évolution, par exemple leurs apportant et la connaissance et la culture.

Génération Athée, une force, un lobby attendu.

En correspondance avec le bureau constitutif de Génération Athée et son président Fabrice Bonnefoy, nous allons devoir commencer nos premières réunions d’information, nos premières conférences sur une laïcité plus démocratique et ouverte au monde athée. Nous allons devoir aller à votre rencontre, organiser avec vous nos Générations Athées partout en France, en ouvrir des comités en régions, devant être présents et représentés partout, accessibles à tous sans exception.

La Confédération Génération Athée ne fait que commencer, son devenir étant celui d’un groupe de pression faisant force de proposition dans tous les domaines de notre société, devant s’engager pour les athées, mais aussi pour la citoyenneté de notre pays dans son ensemble. Nos futurs engagements doivent contribuer à l’histoire de notre nation, à son avenir laïc, celui du vivre ensemble que nous espérons tous, chacun devant en être dès maintenant partie prenante.

Sans dieu et sans haine.
Gilles Ragnaud

Articles recommandés

2 commentaire

  1. Rassembleur, motivant, excellant, comme d’habitude, le tout avec une intelligence extrême. Pour moi c’est vous l’athéisme de demain. J’adhère totalement.
    Encore Bravo Monsieur Ragnaud.

    1. Du même avis, grand texte. J’aime particulièrement la relation avec la théorie de l’Aequus Libra que je ne connaissais pas.
      Enfin l’athéisme bouge dans le bon sens. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.