Présidentielles de 2017, les religions s’invitent dans la campagne, et les campagnards y invitent les religions !

Partagez !

decembre-001

Blanc bonnet et bonnet blanc.

Malgré la laïcité, on ne peut que constater en France, que le point central de toute politique pour les candidats aux présidentielles, est et reste encore les religions. Il suffit pour s’en convaincre de voir avec quelle ardeur certains candidats se vautre littéralement auprès de communautés religieuses, à l’image du candidat de la droite, François Fillon, revendiqué comme étant LE candidat de la Manif pour tous, avec tout ce que cela représente de valeurs religieuses catholiques. Les autres candidats font eux aussi allégeance aux religions et croyants, les uns draguant la communauté musulmane, les autres n’hésitant pas à aller voir le pape, ou se rendre dans les cités, participant à des rites spirituels, le tout en tenant des discours visiblement complaisants.

Il faut dire que les religions sont omniprésentes dans les médias, prenant sans cesse et malgré la laïcité, part à la vie politique et sociale de notre pays, n’hésitant pas à organiser des groupes et forces de lobbies, investissant les centres névralgiques du pouvoir obligeant les candidats à prendre position, et tout cela au détriment de la laïcité.

Pour les candidats l’importance de ce positionnement est crucial, et pour une raison simple, celle que tout ou presque et d’une manière ou d’une autre est rattaché à une représentation religieuse. Ainsi, qu’il s’agisse de terrorisme, d’Israël ou des USA, de laïcité, de scolarité, de féminisme, ou encore d’immigration, la majorité des sujets et infos de notre quotidien ramènent immanquablement de près ou de loin aux faits et positionnements religieux. Les athées que nous sommes sont nécessairement et naturellement intéressés à ces sujets, nos éducations judéo chrétiennes ou autres nous rapprochant forcément et malgré nous à un moment ou un autre de « valeurs » traditionnelles et communes à celles s’adressant aux religions.

C’est ici un paradoxe, car même s’il n’y a certes pas à proprement dit de discours ou de politiques pleinement athées ou non religieuses, il n’en reste pas moins que la plupart des athées occultent les côtés et engagements des candidats envers les religions, n’hésitant pas malgré cela à les soutenir.

En conclusion nous sommes en droit de nous poser la question de savoir où dans cette campagne, en est la laïcité, à quoi est-ce qu’elle sert, chacun des candidats la mettant ou de côté, ou la traduisant à sa manière, selon ce qui l’arrange.

Mon constat, toujours le même, est simple.

La laïcité n’est autre qu’une loi devenue hélas, un outil de propagande politique servant à souhait les religions et ceux qui les défendent. Il est donc urgent de rappeler les règles et le respect primordial de cette loi à chacun des candidats aux présidentielles, mais aussi aux responsables religieux. Je constate aussi qu’hélas, une fois de plus, l’observatoire de la laïcité n’a pas l’air de s’en préoccuper, laissant faire et dire n’importe quoi au nom de la laïcité, la laissant menacée par ceux qui pourtant sont en premier lieu censés la défendre et la respecter.

Blanc bonnet et bonnet blanc.

Au grand dam des athées, les politiques et les religions ne sont apparemment pas prêts de se séparer. La confédération Génération Athée aura je l’espère ce rôle de savoir mettre devant les multiples contradictions, irrespects et autres manquements et traductions faites de cette loi de sagesse, lui inspirant une réforme nécessaire.

Gilles Ragnaud

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.