humusation, un sujet de société.

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

“Les pratiques funéraires sont un sujet sensible relevant des croyances convictions personnelles de chacun.”

QUESTION : Au-delà de toutes formes ou tentatives spirituelles et autres slogans plus ou moins superstitieux, restant donc rationnel, que pensez-vous de l’HUMUSATION ?

paysage arbre la nature forêt plante bois feuille fleur tronc vieux Surpeuplé mousse écorce bûche vert l'automne sol botanique flore sol de la forêt feuilles arbre tombé épicéa végétation arbuste forêt tropicale à feuilles caduques des bois souche d'arbre habitat racine d'arbre Écosystème scie Chemin forestier Plaindre Marcher dans la forêt Biome Forêt ancienne Plante ligneuse Forêt de conifères tempérée Plante terrestre Plante végétale non vasculaire

Explication : L’humusation est un processus de transformation du corps d’un défunt en un compost, à l’aide de micro-organismes, ou pas, pouvant simplement laisser la nature faire son œuvre. Étant toujours interdit en Europe, le sujet est pourtant de plus en plus d’actualité, l’humusation venant d’être légalisée aux États Unis d’Amérique, le nombre de ses défenseurs en France, grandissant, certains au nom de l’écologie et d’autres des libertés individuelles.

POURQUOI LA CONFÉDÉRATION ATHÉE, S’EMPARE DU SUJET ?

Les obsèques, qu’ils soient dans la religion catholique, musulmane, israélite, protestante ou orthodoxe, restent très ritualisés par « l’ordre divin », (un ordre établi par dieu), or, l’idée qu’un corps humain « créé à l’image de dieu » puisse être traité de la même manière que n’importe quel animal, va à l’encontre de la base même de ces religions.

Et autour de cet “ordre divin”, se tient un débat.

La réponse du Ministère de l’intérieur sur l’humusation, ne laisse d’ailleurs aucun doute tant qu’à cette liberté de choix d’obsèques : « l’introduction en droit interne de l’humusation, soulèverait des questions importantes, tenant notamment à l’absence de statut juridique des particules issues de cette technique et de sa compatibilité avec l’article 16-1-1 du code civil, qui dispose : « (…) Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence. » Ainsi, les questions que soulève « l’humusation » nécessitent une réflexion approfondie qui pourrait se poursuivre dans le cadre du Conseil national des opérations funéraires (CNOF). (voir sources ici)

Il s’agit donc bel est bien ici, encore d’un couac, un ralentissement de la marche de l’humanité lié aux cultes et à leurs théories de « l’espèce humaine », une fois de plus, ces non athées, voulant au-delà de toutes formes de libertés individuelles faire leurs lois, décidant pour les autres.

Petit rappel : la religion catholique a interdit la pratique de la crémation jusqu’en 1963… c’est bien pour ça, pour nos libertés de choix, que Génération Athée veut avoir vos avis, vos réponses nous étant utiles à connaitre nos futures positions sur le sujet.

Alors, humusation, êtes-vous pour ou contre ?

7 réflexions sur « humusation, un sujet de société. »

  1. 200 % pour l’humusation.
    Devenir engrais pour cette terre qui nous a nourri et engraissé jusque là. Enfin une utilité apes la mort.

  2. Je suis pour cette technique, tant pour des raisons philosophiques qu’écologiques.
    A l’aube de l’humanité, c’est ainsi que disparaissaient les morts….je pense qu’il est donc nécessaire et normal d’y revenir d’une façon plus moderne car contrôlée.

  3. article fort intéressant  

    Je suis totalement pour le procédé d’humusation personnellement.

    Cependant tel un docteur des mots ^^ je remarque que :

    ““Les pratiques funéraires sont un sujet sensible relevant des convictions personnelles de chacun.””
    – Le mot “conviction” dont le sens devrait être précisé car il peut signifier : “Certitude fondée sur des preuves évidentes.” or pour le coup, cela peut prêter à confusion.

    “Au-delà de toutes formes ou tentatives spirituelles et autres slogans plus ou moins superstitieux, restant donc rationnel, […]”
    – restant donc rationnel ?? cela sous-entend que la spiritualité n’est pas rationnelle, ou pas justifiable rationnellement, ce qui n’est pas du tout traité dans le sujet; et du reste, n’est pas forcément vrai; tout dépend de la capacité de l’expérimentateur a communiquer rationnellement son expérience, chose qui n’est pas forcément aisé vu les méthodes pédagogiques et les priorités constatées dans notre société; (on n’apprend pas à penser, mais que penser).

    La réponse du gouvernement est très intéressante, ( l’introduction en droit interne de l’humusation, soulèverait des questions importantes, tenant notamment à l’absence de statut juridique des particules issues de cette technique) elle permet de constater que “en haut de la pyramide” la matière (ici les restes d’un défunt, et ce qu’il advient suite à sa transformation en compost) n’est considérée que s’il a une existence légale !! …

    Pour réussir à donner une vie (possibilité) légale à ces particules (qui de surcroît existent bel et bien; mais comme les humains, sans papiers on existe pas!) il faut donc justifier que mettre le corps en terre en vue qu’il se transforme en compost est un processus qui permet les restes d’être traités avec respect, dignité et décence; …

    Par extension on peut supposer que cela permettra de généraliser les droits des autres animaux et ceux des végétaux, de la Terre à travers ceux de la terre.

    C’est un sujet qui a sa place car c’est une des portes d’entrée sur le sujet délicat de la place de l’humain, de l’anthropocentrisme; notre culture est construire sur des erreurs anthropologiques qui faussent la compréhension du phénomène de la vie.

    Notre société actuelle est scientifique depuis que la science à gagné sa bataille contre la religion (cf. les lumières, …); la science a rejeté tout de la religion (l’eau du bain, la baignoire et le divine enfant ^^); ainsi les objets de “la création” sont considérés comme impurs, impropre à l’existence; le rationaliste est née de cela, comme outil suprême; existant au-delà de la matière; (le neo-libéralisme est la suite logique du rationalisme) le domaine du cognitif (pensée, raison, morale, …) est largement priorisé. Nous même, être vivant, humain, citoyen français, ne commençons à exister dans la société, donc à apparaître dans l’histoire, qu’a partir du moment où un identifiant (notre prénom et notre affiliation) apparaissent sur un registre; sans notre certificat de naissance nous n’existons pas… voilà pourquoi le gouvernement donne une telle réponse : il faut un statut juridique; (comme pour les terrains, les objets que l’on achète avec le Numéro de Série, les adresses MAC des terminaux numériques, les ISBN des livres, ….)

    Le débat est idéologique et profond.
    La France existe parce qu’elle a un statut juridique, une existence légale, une existence cognitive, _la carte_ qui est valorisé fortement (la France est un des plus puissants et riche dans le monde, est pris en exemple, …) tandis que son existence empirique _le territoire_ (le vécu des gens) est négligé.
    Pour mettre en place un nouveau système il faut redonner une existence propre à la France, et avant cela, revoir la place de l’humain …

    1. Concernant le mot conviction : https://www.generation-athee.fr/faq/1-pourquoi-generation-athee-parle-de-convictions-athees/

      Concernant “Au-delà de toutes formes ou tentatives spirituelles et autres slogans plus ou moins superstitieux, restant donc rationnel, […]” : Vu les nombreux liens que l’on trouve sur internet sur le sujet de l’humusation, beaucoup aux “tentatives spirituels et ou superstitieuses”, cette phrase est juste là pour nous protéger de toutes formes “d’amalgames et de polémiques”, et ça va très vite.;)

      Merci pour votre commentaire.
      Admi

  4. Il est vrai que les religions entendent toujours régenter nos vies du berceau au tombeau, c’est pourquoi leur mettre des bâtons dans les roues relève d’une saine compréhension des enjeux.
    Une fois qu’on est d’accord là-dessus, de la même façon que je prétends que mon corps n’appartient ni à dieu (?) ni à l’état ni même à ma famille, j’entends que les dispositions que je prendrai quant au traitement de mon corps (en l’occurence la crémation) soient respectées. Il s’agit de la toute dernière fois qu’un être de raison peut agir sur son devenir. Dont acte.
    Rien contre l’humusation si elle ne devient pas le dernier mantra à la mode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.