La laïcité rendrait-elle l’État Français complice de l’endoctrinement religieux ?

Partagez !

J’avoue que je me pose la question, ne m’expliquant pas comment un État tel que la France, pourtant dit moderne, peut accepter qu’une grande partie de sa jeunesse soit éduquée dans des croyances totalement théoriques, aux rites obsessionnels, liés à des superstitions fétichistes et d’idolâtries ? Parce que ne nous y trompons pas, l’acceptation de la laïcité c’est aussi l’acceptation de ce type de croyances, permettant aussi à des écoles, des collèges et des lycées de les enseigner à des enfants, profitant de leur innocence pour leurs inculquer ce que l’on ne peut qu’appeler, de l’endoctrinement.

De même, je ne m’explique pas en quoi est-ce qu’un État moderne a besoin au nom des libertés individuelles et collectives, d’ouvertures multiculturelles au point d’en accepter des doctrines religieuses dont les bases sont totalement hypothétiques, puisque basé sur l’hypothèse improbable de l’existence d’un dieu. C’est là un aspect pervers de la laïcité, un laissé faire et même pire, une complicité de la part de l’État dans l’endoctrinement de la jeunesse, cette laïcité ne concernant que les cultes, ne permettant donc même pas l’idée de non-croyance, d’athéisme et de non-religion, en gros d’un monde émancipé de divinités.

À mon goût les lois sur la laïcité sont dépassées, demandant des évolutions que nos décideurs ne veulent pas voir, incapable de répondre aux attentes d’une société moderne, étant bien trop laxiste, la séparation de l’État et des religions étant totalement détournée, ne mettant pas la nation et les citoyens à l’abri d’un retour à un État ou les religions ont une influence grandissante. De plus la laïcité absout les religions, leur permettant même aux yeux de tous d’endoctriner et de fanatiser, se faisant la complice des débordements religieux ayant lieu sur notre territoire. On ne peut pas comme le fait actuellement la République avec sa laïcité, rester le cul entre deux chaises en voulant à la fois protéger la chèvre et le chou, c’est-à-dire en voulant d’un côté défendre la liberté d’expression et de l’autre accepter des cultures religieuses faisant une interprétation toute personnelle de cette liberté, la limitant d’entrée de jeu à leur morale et à leur notion du respect, ce qui est déjà une incursion, une main mise dans les rouages de l’État.

La laïcité montrant ses limites, l’État étant incapable d’y faire face tellement elles sont contradictoires, les religions en profitant pour enfoncer le clou, je pense qu’il serait grand temps de réfléchir à une autre évolution sociale capable de défendre coute que coute les libertés d’expression, sans que quelles que morales que ce soient ne les mettent en danger par détournement ou autres formes de corruption, l’État devant savoir s’en protéger par des lois républicaines incluant l’athéisme et les athées.

Gilles Ragnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.