FRÉRISME… les solutions.

Partagez !

Génération Athée est depuis toujours sans dieu ni haine, pour des raisons tout simplement rationnelles liées à notre courant athée et à son rôle en tant que membre de la société civile. Nous avons, en effet, l’obligation de sérieux dans nos discours, mais aussi dans nos positions et propositions politiques, sociales et économiques, devant, dans tous les cas, rester constructifs face à nos interlocuteurs. Et non seulement c’est notre travail, mais c’est en plus ce que l’on demande à une confédération comme la nôtre, mais aussi plus généralement aux athées militants, devant savoir répondre aux multiples alertes que lancent des personnalités telles que Florence Bergeaud-Blackler, Naëm Bestandji, Caroline Fourest et tant d’autres. 

L’athéisme est la réponse.

Nous représentons plus de 50% des citoyens de France, une force considérable, qui, si elle s’en donnait la peine, suivant des règles démocratiques élémentaires, pourrait renverser les projets intégristes et d’entrismes de toutes les religions, frériste compris. Pour cela, il faudrait que les athées arrêtent de se focaliser sur la critique ou le rejet de la religion, devant se concentrer sur la promotion de ses propres valeurs et de sa propre vision du monde. Travailler dans ce sens, c’est donner à l’athéisme les moyens d’être un contre-pouvoir face aux intégrismes religieux, ouvrant à une concurrence politique et lobbyiste nouvelle, portant ses propres projets de société, ne se laissant plus imposer l’intolérable et l’intolérance d’où qu’elle vienne.

En adoptant une telle approche, constructive, l’athéisme devient une réponse, un moteur pour la création d’une société plus rationnelle et inclusive, dans le respect des règles laïques. Et pour cela, pas besoin d’être nous-mêmes aussi intolérants que les intolérants, au risque de dériver vers des discriminations irrationnelles, l’idée étant tout simplement de ne pas cautionner l’inacceptable, en montrant un athéisme moderne et engagé dans des perspectives lobbyistes et porteur de projets concurrentiels à ceux des cultes.

Rares sont ceux qui en sont conscients, mais dans nos démocraties, il n’y a malheureusement pas de solutions miracles, lois ou autres, pour “faire barrage” aux intolérances religieuses, si ce n’est la démocratie elle-même. Comme je l’ai déjà écrit, la démocratie, permet de faire ressortir et porter des volontés, soient-elles intégristes, comme le font les fréristes, permettant aussi, et c’est sa force, de s’organiser pour rivaliser contre ces mêmes volontés, ce en quoi Génération Athée, appelle les athées depuis des années.

Nous avons, nous athées, un rôle majeur à jouer dans nos sociétés, et pour une raison très simple, celle qu’il n’y a rien ni personne d’autre que l’athéisme qui soit en mesure de répondre aux craintes fondées des intégrismes et intolérances religieuses…

Là-dessus, nous sommes attendus, alors agissez, adhérez, rejoignez nous, et pour assurer un avenir à nos générations futures, et ensemble, unis, soyons ceux qui renverseront les intégrismes religieux.

Gilles Ragnaud

Images liées:

Articles recommandés

1 commentaire

  1. Frérisme, intégrisme, entrisme…
    Je vais tenter, de faire preuve, de rationalisme, de sérieux et de courage, pour dénoncer, un « deux poids deux mesures », ahurissant, au plus haut niveau, de l’action politique, à savoir, celui, de l’Etat et du Sénat. Je ne vais pas, me focaliser, sur le rejet et sur la critique, de la Religion mais bien, sur les manquements, des Politiques qui mettent, à mal, les Valeurs, de la République, en France.
    « La consommation et la fréquentation, des sites pornographiques, par les mineurs doit être, une priorité, de santé publique ». Je suis, à ce sujet, parfaitement, en accord avec le propos, de Madame, Laurence Rossignol, rapporteuse, d’une enquête, sur l’industrie, pornographique. Il est question, de donner, les moyens, à l’ARCOM, d’ordonner, de façon administrative, sans l’aval, d’un juge, le blocage ou le déréférencement, des sites pornographiques, ne se conformant pas, à l’obligation, d’empêcher, les mineurs, de s’y connecter.
    Alors, je vous demande, pourquoi, la République n’en a pas fait, de même avec la fréquentation, de l’Eglise catholique, par des enfants, par des mineurs, qu’on expose, à tout moment, aux propos sexistes, aux attouchements, sexuels voir aux viols, ponctuels ou répétés ? J’attire, « en sus », votre attention, sur le fait, que les « victimes » ont toutes été, amenées, par leurs « parents », à leurs « bourreaux », dans le plus grand, des « dénis », parfois. Alors que ce sont, l’influence, la curiosité et la bêtise, « commune », au plus jeune âge, qui conduisent, à la fréquentation, des sites pornographiques, par les enfants, par les adolescents, par les adultes, aussi, ces grands enfants…, des sites que n’importe quels parents se garderaient bien, d’ailleurs, de promouvoir, auprès de leur progéniture, pour s’éviter (« Dieu, merci ! »), tout questionnement, sur « les choses », de la Vie.
    Lorsque, l’on affirme, qu’Internet est « un espace, de délinquance ou il est difficile, de faire, respecter, la Loi », il convient, d’abord, de préciser, qu’il s’agit, d’un espace, numérique, dématérialisé. Qu’en est-il, alors, de l’espace, « concret », que constitue, l’Eglise catholique et ses réseaux ? Car, l’Eglise s’est, « belle et bien », révélée, « un espace, de délinquance », sur lequel plane, par ailleurs, un ignoble, « soupçon », de couverture, organisée, de faits, de pédophilie, aggravés. Que fait l’Etat ? Que dit le Sénat, le Conseil des Sages, de la République ? Rien, d’audible ! Donc, si « ce qui est interdit, dans la vie réelle (pour reprendre, le propos, de la Sénatrice, Rossignol, sur F. Info) ne doit plus être possible, sur Internet », cela ne doit plus être, possible, en premier lieu, à l’Eglise ! Par conséquent, devrait-on, interdire, à tout mineur, l’accès ou la fréquentation, de l’Eglise catholique ? Je vous laisse, le soin, d’y réfléchir et de répondre.
    L’inquiétude, pour la santé, des plus jeunes, que suscite, la diffusion, libre, de contenus, à caractère pornographique est désormais, sensible et palpable, dans la Société française. Mais puisque, l’on ne saurait, inciter, en tant que parents ou simples garants, de l’autorité parentale, à la fréquentation, des sites pornographiques, pourquoi alors devrait-on, laisser, ces derniers, inciter, les mineurs, à la fréquentation, de l’Eglise catholique, en toute légalité ? L’activité, « contemporaine », de diffuseur, de contenus, à caractère, pornographique n’est nullement, un crime, « en soi », à l’exception, évidente, de tous contenus, de nature, pédopornographique. Le diffuseur, n’oblige et ne contraint, personne ! En revanche, les propos, les attouchements, les viols, sous la contrainte, d’une délégation, « coutumière », de l’autorité, parentale, dans le cadre, d’un enseignement ou d’un apprentissage, en sont bien, « un ». Pourtant, l’Eglise reste, à ce jour, seule « juge », du traitement, de ses méthodes et de ses crimes, infâmes. Et le diffuseur devrait, quant à lui, subir, sans broncher, sans même l’aval, d’un juge, la fermeture, administrative, de ses activités ?
    Protéger, l’intégrité, morale, des enfants, n’a-t-elle pas, davantage, de sens et d’effet, que lorsque l’on s’est, assuré, préalablement et infailliblement, de la protection, de leur intégrité, physique ? Est-ce, réellement et véritablement, le cas ? L’Etat et le Sénat, de la République Française, se sont-ils, seulement, souciés et assurés, de cela, récemment, dans l’affaire, la plus scandaleuse, dans laquelle, l’Eglise est impliquée ? « Deux poids, deux mesures ». Celui, de l’Eglise et de l’Argent face à l’Etat ; celle de la Coutume et de la Morale, face à la Raison.
    « L’Eglise fume le cigare au cul des anges. L’Argent étaie les boyaux des mineurs ®». Et l’Etat laisse faire…
    Robert de Provins

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.