Athées, ça ne va pas vous plaire !

Partagez !
  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    20
    Partages

L’enseignement des faits religieux Épisode 1, par Philippe Gaudin.

Nous en parlions il y a quelques jours, soulignant que même si la démarche est honorable, puisqu’étant faite pour accompagner pas à pas les enseignants de cycle 3, et répondre aux questionnements des élèves et de leur famille, elle nous paraissait « peu laïque », de vouloir « éduquer à la laïcité » uniquement par l’enseignement des faits religieux, sans y inclure les faits athées. Voir ici.

Dans cette vidéo, (voir ici ) à laquelle nous ne pouvons hélas pas répondre, ces dernières étant réservées aux personnes suivies ou mentionnées par l’Observatoire de la laïcité, une chose, nous interpelle. En effet, dans sa présentation Philippe Gaudin, qui est aussi le Directeur de l’Institut Européen en Sciences des Religions (IESR), argumente ” l’utilité de cette éducation “, en actant que : « les religions sont un fait social, un fait culturel, à peu près universel dans l’espace et dans le temps, qui mérite d’être étudié. » Bon, pourquoi pas, mais alors qu’il nous explique en quoi cela est-il différent des actes de l’athéisme, étant aussi « un fait social, un fait culturel, à peu près universel dans l’espace et dans le temps, méritant d’être aussi étudié. »

Que penser de cette initiative.

La laïcité, telle qu’on la présente en France, ne peut séparer religion et athéisme, et pourtant l’athéisme en est clairement et systématiquement écarté, la laïcité que l’on nous offre ne s’adressant pas aux athées. Nous le voyons encore ici avec cette vidéo, l’argument qu’apporte Philippe Gaudin, pour qui nous avons un immense respect, ne tenant pas la route, imaginant bien que ce grand philosophe doit lui-même en être conscient. Doit-on en conclure que la laïcité en France a du mal à accepter l’arrivée d’un athéisme moderne, que les convictions athées sont politiquement incorrectes, étant un caillou dans la chaussure d’une politique laïque Française ayant déjà du mal à contenir les religions ? Nous ne savons pas, par contre ce que nous savons c’est que nous sommes totalement rejetés, et que nous avons cette impression de plus en plus réaliste, que les choses se font dans notre dos, en catimini, entre cadres, décideurs du gouvernement et les pouvoirs religieux.

Cette politique laïque est à la fois décevante et dangereuse, dans le sens où les athées dans leur ensemble ne s’y sentent plus concernés, au point de ne plus la soutenir. Cette politique a de plus tendance à extrêmiser une partie des athées de France, créant de la religiophobie, voir du racisme, n’assurant plus la cohésion citoyenne, le fameux « vivre ensemble » auquel nombre d’entre nous adhérions. Cette politique enfin, n’a de cesse de créer des communautés athées se renfermant de plus en plus sur elles-mêmes, n’acceptant plus aucun compromis passé entre religions et État, le risque étant de voir certains de ces groupes s’en prendre ouvertement aux cultes, à leurs membres et à leurs édifices. Comme nous l’écrivions il y a quelques jours, « il devient difficile de croire en une laïcité explicitement partiale », ne s’adressant plus qu’à ceux qui font du raffut pour être entendus.

Nos décideurs ont donc le devoir de se rapprocher des athées, d’écouter ce qu’ils ont à dire, ce qu’ils proposent pour une laïcité plus cohérente avec notre temps, devant en tenir compte pour l’avenir et la cohésion sociale.

Nous, nous sommes prêts !

GR

ÉDUQUER A LA LAÏCITÉ, PAR L’ENSEIGNEMENT DES FAITS RELIGIEUX

Partagez !
  • 33
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
    36
    Partages

C’est ce que propose actuellement, pour le 9 décembre prochain, l’observatoire de la laïcité, voir inscription ici : https://etreprof.fr/education-laicite/journee-laicite

Même si la démarche est honorable, puisqu’étant faite pour accompagner pas à pas les enseignants de cycle 3, et répondre aux questionnements des élèves et de leur famille, plusieurs choses nous interpellent, à commencer par vouloir argumenter des FAITS religieux.

En effet, si on retire aux religions leurs théories de genèse s’effondrant depuis les lumières au point d’en être devenues obsolètes, et bien il n’y a pas, et il n’y a jamais eu de faits religieux. Maintenant, si on veut vraiment parler de faits religieux, et bien il suffit de souligner leur obscurantisme vis-à-vis des sciences, préférant mentir et défendre leurs mensonges par toujours plus de mensonges, par les armes, la haine et la peur, plutôt que de reconnaitre leurs erreurs.

La deuxième chose qui nous interpelle, est l’idée, « peu laïque », de vouloir « éduquer à la laïcité » uniquement par l’enseignement des faits religieux, sans y inclure les faits athées. C’est d’autant plus troublant que l’athéisme existe depuis que les dieux ont été imaginés, qu’il y a toujours eu des sceptiques, et que là pour le coup il y a de nombreux faits contrariant les religions et leurs multiples mensonges.

Nous invitons donc nos lectrices et lecteurs, à s’inscrire à cette initiative du 9 décembre prochain, et à participer pleinement aux divers débats, y imposant, bien entendu, l’enseignement athée. 

Pas forcément d’accord !

Partagez !
  • 23
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    24
    Partages

Oui, Génération Athée ne partage pas nécessairement l’avis du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, car nous n’avons pas particulièrement de respect pour les religions, leurs cadres et décideurs. Par contre, nous avons un immense respect pour les croyants, quel que soit ce en quoi ils croient.

Il est pour nous important de faire la distinction, et encore plus de ne pas engager la France, et donc les Français au sein d’une pensée « dite » commune de respect envers une ou des religions en générale. En effet, soutenir les mots de Mr Le Drian, serait admettre une certaine capitulation athée, face à des théories fantasques et leurs myriades d’inepties, certaines, comme l’actualité nous le démontre à longueur d’années, pouvant même être meurtrières.

Alors non, on ne peut pas dire que « la France » possède un profond respect envers quelques religions que ce soit, les athées que nous sommes, vivant en France, convaincus qu’aucun dieu n’existe, sachant distinguer les cultes des libertés de culte … et heureusement !

GR

Ne vous laissez pas tromper par le mot “islamophobie”

Partagez !
  • 35
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    37
    Partages

“Nous venons de recevoir ce message d’un athée qui évoque les demandeurs d’asile de confession musulmane. Il propose un système de filtre pour départager les demandes d’asile en France.”

Quelle est votre opinion ?

Lorsque nous étions dans la salle d’attente pour notre entretien d’OFPRA, j’ai vu de nombreux demandeurs d’asile musulmans, les hommes à la longue barbe comme des terroristes qui priaient devant nous et les pauvres petites filles de 6 ou 5 ans avec hijab (un exemple de maltraitance d’enfants). C’est vraiment injuste, dans les mondes libéraux ils ont toujours plus de chance de rester (surtout parce qu’ils donnent rapidement naissance à plusieurs enfants), mais les athées ont moins de chance (qui sont en vrai danger) alors qu’ils ont vraiment besoin d’aide.  Bien sûr, ils rejettent ma demande d’asile (comme beaucoup d’autres athées), malgré une dizaine de documents importants.

Je respecte vraiment tous les humains, quelle que soit leur idéologie ou leur religion, mais au cours de ce siècle, seuls les musulmans n’ont pas la capacité de se mélanger et d’accepter d’autres cultures et idées. Je suis née parmi eux et j’étais grandis parmi eux et j’étais musulman, je les connais très bien.

Ici où je vis, j’ai un voisin yéménite qui a obtenu l’asile en quelques mois seulement. Il lit le Coran très fort pendant des heures tous les jours, tous les jours, et c’est vraiment agaçant.   Un autre voisin est un musulman bangladais, sa femme ne me répond jamais parce que les voix des hommes sont haram. Quand je dis musulman bangladais, je me sens triste, car nous connaissons tous les horribles nouvelles de violence dont sont victimes les athées et autres personnes ouvertes d’esprit au Bangladesh et dans d’autres pays islamiques.

La plupart de ces musulmans peuvent facilement blesser ou tuer les femmes, les athées, les apostats, les trans, les homosexuels et des autres personnes dans leur pays (ou au moins ils sont d’accord avec cela), puis ils viennent ici et profitent des droits de l’homme et de la liberté dans des pays libres pour vivre et faire beaucoup d’enfants afin d’accomplir leur mission de convertir le monde des infidèles à l’Islam comme le demande leur religion. C’est pourquoi ils ne vont pas dans les pays musulmans comme la Turquie, la Jordanie, l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Égypte. Ils viennent ici et la plupart d’entre eux n’accepteront, ne comprendront et ne respecteront jamais la culture et les valeurs des pays hôtes.

Je ne veux pas dire qu’un athée est mieux qu’un croyant mais le monde libéral est en danger, il faut qu’il se réveille. Je ne sais pas pourquoi les gouvernements n’ont pas un système de filtrage pour séparer les modérés des fondamentaux ? Et pourquoi les gouvernements n’ont pas de programme pour les aider et les pousser à apprendre et respecter les valeurs et les droits de l’homme.

Les califes de l’islam et de l’empire ottoman tentent d’occuper l’Europe depuis plus de mille ans, mais l’Europe, en acceptant les musulmans au cours des quatre dernières décennies, rendra le plus grand service à l’islam et leur livrera l’Europe sans effusion de sang.

Ne vous laissez pas tromper par le mot “islamophobie”, c’est un gros mensonge pour islamiser l’Occident.               Kamal

                                                                               07/11/2020

Sauvez la France

Partagez !
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages

Lorsque nous étions dans la salle d’attente pour notre entretien d’OFPRA, j’ai vu de nombreux demandeurs d’asile musulmans, les hommes à la longue barbe comme des terroristes qui priaient devant nous et les pauvres petites filles de 6 ou 5 ans avec hijab (un exemple de maltraitance d’enfants). C’est vraiment injuste, dans les mondes libéraux ils ont toujours plus de chance de rester (surtout parce qu’ils donnent rapidement naissance à plusieurs enfants), mais les athées ont moins de chance (qui sont en vrai danger) alors qu’ils ont vraiment besoin d’aide.  Bien sûr, ils rejettent ma demande d’asile (comme beaucoup d’autres athées), malgré une dizaine de documents importants.

Je respecte vraiment tous les humains, quelle que soit leur idéologie ou leur religion, mais au cours de ce siècle, seuls les musulmans n’ont pas la capacité de se mélanger et d’accepter d’autres cultures et idées. Je suis née parmi eux et j’étais grandis parmi eux et j’étais musulman, je les connais très bien.

Ici où je vis, j’ai un voisin yéménite qui a obtenu l’asile en quelques mois seulement. Il lit le Coran très fort pendant des heures tous les jours, tous les jours, et c’est vraiment agaçant.   Un autre voisin est un musulman bangladais, sa femme ne me répond jamais parce que les voix des hommes sont haram. Quand je dis musulman bangladais, je me sens triste, car nous connaissons tous les horribles nouvelles de violence dont sont victimes les athées et autres personnes ouvertes d’esprit au Bangladesh et dans d’autres pays islamiques.

La plupart de ces musulmans peuvent facilement blesser ou tuer les femmes, les athées, les apostats, les trans, les homosexuels et des autres personnes dans leur pays (ou au moins ils sont d’accord avec cela), puis ils viennent ici et profitent des droits de l’homme et de la liberté dans des pays libres pour vivre et faire beaucoup d’enfants afin d’accomplir leur mission de convertir le monde des infidèles à l’Islam comme le demande leur religion. C’est pourquoi ils ne vont pas dans les pays musulmans comme la Turquie, la Jordanie, l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Égypte. Ils viennent ici et la plupart d’entre eux n’accepteront, ne comprendront et ne respecteront jamais la culture et les valeurs des pays hôtes.

Je ne veux pas dire qu’un athée est mieux qu’un croyant mais le monde libéral est en danger, il faut qu’il se réveille. Je ne sais pas pourquoi les gouvernements n’ont pas un système de filtrage pour séparer les modérés des fondamentaux ? Et pourquoi les gouvernements n’ont pas de programme pour les aider et les pousser à apprendre et respecter les valeurs et les droits de l’homme.

Les califes de l’islam et de l’empire ottoman tentent d’occuper l’Europe depuis plus de mille ans, mais l’Europe, en acceptant les musulmans au cours des quatre dernières décennies, rendra le plus grand service à l’islam et leur livrera l’Europe sans effusion de sang.

Ne vous laissez pas tromper par le mot “islamophobie”, c’est un gros mensonge pour islamiser l’Occident.               

Kamal

07/11/2020

renouvellement de l’Observatoire de la laïcité

Partagez !
  • 25
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    27
    Partages
Communiqué commun avec la LDH et la Libre pensée et Solidarité laïque :  Observatoire de la laïcité – La Ligue de l'enseignement

A l’annonce du premier ministre, le 20 octobre dernier, déclarant vouloir renouveler l’Observatoire de la laïcité, afin qu’il soit « davantage en phase avec la stratégie de lutte contre les séparatismes », nous avions eu une vive pensée pour Jean-Louis Bianco et Nicolas Cadène. Nous avons en effet toujours trouvé que l’Observatoire était en phase avec la loi de 1905, la respectant et la faisant respecter à la virgule. La loi sur la laïcité étant comme son nom l’indique, UNE LOI, ses articles ne sont ni discutables et modelables, l’observatoire ne faisant qu’appliquer cette dernière. Ainsi, la CGA très regardante sur le travail et les publications émanant de l’Observatoire, n’a jamais, au contraire de ce que certains pensent, relever plus de complaisance de la part du président et du rapporteur de l’observatoire envers l’islam.

Ceci n’empêche pas la critique.

En tant que confédération Athée, militant pour une laïcité reconnaissant l’athéisme comme étant une conviction (non religieuse) comme les autres, nous soulevons a chaque fois que cela est nécessaire, les disparités entre cultes et athéisme. Ainsi, on accorde des particularités politiques, sociales ou économiques aux religions, tout en laissant l’athéisme à la marge, sans la moindre reconnaissance ou mot à dire. Sorti du « simple choix de conviction », les athées n’ont hélas toujours pas leur place dans le système laïque, Mr Cadène connaissant bien notre position sur le sujet.

Nos échanges avec l’Observatoire et ses décideurs, sont pour nous essentiels : donner nos avis, soulever les disparités, les injustices entre cultes religieux et athéisme. Parmi ces réactions, nous rappelons toujours nos convictions, dont celle de ne pas croire en un dieu, en profitant pour dénoncer des privilèges, telles que des prises en compte au sein de nos sociétés de culture religieuse, le tout au détriment des engagements athées. Parmi nos revendications, n’ oublions pas nos soutiens indéfectibles au système laïque et nos volontés, partagées par nombre d’entre nous, d’en être aussi acteurs.

Vouloir renouveler l’Observatoire de la laïcité, nous fait craindre une tentative de dérive, un détournement de cette institution pour l’instant au service de l’Etat, vers une structure servant une politique donnée, celle du Président de la République l’utilisant comme réponse à l’assassinat de Samuel Pati. Nous espérons bien entendu nous tromper. Malgré cela, nous sommes ravis de lire que Nicolas cadène gardera son poste, sa connaissance sur la loi de 1905 étant indispensable à la nation. Reste plus qu’à espérer que, dans sa volonté de renouvellement, Jean Castex sera ouvert aux conseils de Monsieur Cadène, sa culture sur le sujet, étant une chance pour faire grandir notre laïcité.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/31/cible-de-nombreuses-critiques-nicolas-cadene-conserve-son-poste-a-l-observatoire-de-la-laicite_6058028_3224.html

À VOS CRAYONS

Partagez !
  • 18
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    19
    Partages

Nous sommes las de constater que les actions du gouvernement sont en réalité des réactions. Nous subissons par manque de cran, par faiblesses et par démagogies. Le résultat a permis à des contre-cultures de se former, imposant de nouveaux modèles et plaçant les textes religieux au-dessus des lois de la République.

Dans certains quartiers, nous sommes revenus dans le passé, un bon en arrière, permettant une forme de scolastique, ou tout doit être en référence à une loi dite de dieu.

En 2020, aussi étonnant que cela puisse paraître, les cultes religieux existent encore et celui de l’Islam est aujourd’hui à l’origine de bien des torts dans le contexte actuel. On devrait énoncer et même marteler que les religions ne sont que tolérées dans nos nations, asseoir les principes scientifiques pour reléguer la thèse créationniste à une simple curiosité intellectuelle, mais ce n’est hélas pas le cas.

Ne refusez plus de voir une réalité qui déplaît, car clairement, c’est dans le sujet religieux que naissent les problèmes.

Génération Athée, avant tout par humanisme, respecte les croyants et la liberté de croire mais nous dénonçons ces systèmes de pensées désuets, valorisant des divinités, tout en portant atteinte aux droits humains et en leurs libertés pourtant essentielles. La nature ayant horreur du vide, nos sociétés ont laissé de l’espace à des religions voulant toujours plus de pouvoir. Au point d’engendrer l’intolérable.

Nous avons nous aussi, athées, le devoir d’aider à remettre notre République en ordre, devant rester attentifs à chacune de vos propositions, de vos débats et de nos actions à venir.
D’après vous, comment devons-nous défendre notre République Française ?

Il faut construire l’athéisme

Partagez !
  • 32
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
    35
    Partages

C’est en construisant l’athéisme de demain, que nous assurerons à nos générations futures de ne plus subir à longueur de temps les multiples présences religieuses dans leur sphère sociale. Pour cela il faut de l’engagement bénévole, créer un lobby athée, multiplier les partenariats, et surtout, il faut croire fortement à un vivre ensemble qui ne soit plus une obligation de vivre avec.

Ce travail est celui que la “Confédération Génération Athée” fait chaque jour, des actions toujours difficiles, puisque demandant en amont, de construire et d’organiser des groupes de pressions athées qui n’existent pas encore au sein de notre république. Parmi les difficultés d’une telle tâche, il y a l’obligation que nous devons avoir, du respect des libertés individuelles et collectives de chacun dans le sens de la loi de 1905, n’étant pas là pour empêcher les choix de conviction, étant présents pour avant tout construire l’athéisme, lui donner une place importante et reconnue dans notre nation.

Nous n’avons pas choisi l’athéisme le plus simple, bien au contraire.

Cet athéisme-là doit convaincre les décideurs et responsables politiques, mais aussi les français dans leur ensemble, en leurs présentant des revendications et propositions concrètes, en les rencontrant, faisant en permanence preuve de pédagogie. Ainsi cet athéisme moderne, tel que l’incarne la CGA, doit savoir répondre à toutes les questions, autant celles nous venant des croyants que celles émanant des athées, montrant nos volontés de vivre ensemble, ayant besoin de tous pour que nos convictions aient elles aussi une place au sein de notre nation.

Avoir une place dans ce monde, c’est se la construire brique par brique, assistés par des bénévoles dont la mission première est de rencontrer les décideurs et responsables politiques de leur secteur. C’est aussi savoir organiser et épauler chacun des intervenants athées, selon un cahier des charges simple, capable de transmettre nos diverses propositions pour un équilibre laïque et républicain. C’est enfin savoir gérer notre communication à tous les niveaux, ce qui pour les athées et l’athéisme n’est pas aussi simple que pour les convictions religieuses, n’ayant ni rite, ni messe, ni jours fériés, ni cadres ou responsables pour faire parler de nous.

Notre besoin impératif de communiquer n’est donc motivé que par notre volonté d’exister par nous-mêmes,  devant être force de proposition, faisant appel au savoir et savoir-faire d’équipes de terrain capables de démontrer que l’athéisme a une place essentielle dans notre laïcité et au sein de notre république.

Ensemble, soyons prêts à l’athéisme de demain.

G.R

Idées fausses sur la laïcité

Partagez !
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Partages

Un travail d’explication pour toutes et tous de la laïcité et de son application. Nicolas Cadène est heureux de nous annoncer la publication à l’automne 2020, d’un ouvrage, à petit prix, aux Atelier Éditions sur les Idées Fausses sur la laïcité.

L’éducation c’est la base !

Partagez !
  • 18
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    20
    Partages

Objecter les sciences à ce que nous sommes persuadés être des contre-vérités, c’est apporter au socle commun de connaissances et de compétences à l’éducation de nos générations futures.

Et c’est l’une des missions
de Génération Athée.

AU CUL DES RELIGIONS

Partagez !
  • 42
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    43
    Partages

Les athées comme les premiers chrétiens auraient donc besoin qu’on leurs raconte leur conviction avec des images.

Difficile de parler d’un athéisme moderne dans un monde qui ne lit plus, ne réagissant qu’à des images et à des titres. Le temps des vitraux est passé, mais pourtant l’idée est la même, à la différence que les images athées ne racontent pas une fable, ne faisant qu’entretenir une défiance permanente contre les cultes et ceux qui y croient. Et il en faut peu pour que ces athées s’engluent dans un courant devenu coutumier où on ne prend plus le temps de lire et de comprendre, devant se forger une opinion en quelques secondes, via un simple titre, si possible tonitruant, annonçant une actu religieuse quel qu’en soit le sens, ou affichant une image, si possible ridiculisant ou dénonçant un fait cultuel.

AU CUL DES RELIGIONS

Ainsi cet athéisme-là vit sans cesse au cul des religions, ne pouvant s’en passer, leurs substances leurs étant apparemment vitales, ayant toujours quelque chose à dire à leur sujet, donnant des avis ubuesques, voire simplets, ironisant ou s’étendant dans des philosophies souvent suffisantes. Cet athéisme est donc dans l’incapacité de s’émanciper des religions, s’enfermant dans une idiocratie constante, car dépourvu de profondeur puisqu’il ne s’appuie que sur des images, des titres, des on-dit et autres supputations souvent hors contexte.

Nous n’aurons de cesse de toujours plus dénoncer à tous les niveaux cet athéisme de surface, faisant plus de mal que de bien à la cause, car s’imaginant que la seule façon de grandir est de détruire l’autre par tous les moyens, appliquant là une forme de terrorisme primaire auquel il ne manque plus que le chantage et la menace… et encore ! Le plus triste dans tout cela, c’est que rares seront les athées qui liront cet article, pourtant court mais contenant trop de mots, ayant en plus le défaut de ne pas avoir d’image. Il serait pourtant souhaitable qu’ils prennent du recul, qu’ils comprennent rapidement que l’athéisme est une cause noble ayant toute sa place dans nos sociétés, devant être traité avec intelligence, dans un esprit de concordance politique en son sens plus large.

Mais nous savons que pour la plupart les athées sont loin de ces publications superficielles, émanant de groupes vulgarisant un athéisme prépubère, sachant que ces personnes, lorsqu’on les rencontre individuellement ou lors de rassemblements, se présentent comme étant attentives au respect des libertés individuelles et collectives de croire, car profondément laïques, sans dieu et bien sûr sans haine. C’est à ces athées-là que nous nous adressons, à ces gens raisonnés et raisonnables, près à défendre non pas l’athéisme, mais les convictions qui en émanent, sachant si on leurs en donne les moyens, les partager, faisant irrémédiablement reculer les cultes et leurs fantasmes enfantins.

G. Ragnaud

Acquérir des droits athées.

Partagez !
  • 28
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    30
    Partages

Il y a ceux qui déjà sont convaincus par l’idée et les raisons pour lesquelles les athées doivent impérativement acquérir des droits, puis il y a ceux qui ne voient pas en quoi ça pourrait servir, ou même tout simplement ce que pourraient être des droits athées.

Et bien des droits athées à acquérir, il y en a une multitude à commencer par ceux que Génération Athée réclame aux décideurs et responsables politiques, comme ceux d’être reconnus en tant que conviction non religieuse au sein de notre système laïque ou encore nos demandes d’équilibre démocratique et républicain dans la sphère nationale, une égalité de traitement entre les convictions athées et religieuses.

D’autres droits sont eux, plus d’ordre communal ou régional, concernant par exemple des carrés athées dans les cimetières, mais aussi le droit à l’humusation ou autres volontés sortant du bon vouloir de l’église, car oui, en France ces modèles dépendent de leur jugement.

Il y a aussi le droit à ne pas subir les appels à la prière des religions, les heures canoniales, matines, laudes, none, vêpres, complies, etc… ou encore les prières de rues, ces exemples ne concernant qu’une infime partie de la population, et surement pas les athées.

Et vous athées, avez-vous des idées de droits, dans le respect de la loi de 1905 pour des droits athées ?

Coexister

Partagez !
  • 47
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
    50
    Partages

La complexité du vivre ensemble, passe par l’acceptation des différences de l’autre, ce qui dans les mots est facile, en étant autrement dans la réalité. Accepter les différences de l’autre, passe souvent par se voir imposer ses morales, ses représentations de l’éthique, ses influences, des contradictions, ainsi que ses peurs, ses tabous et toutes ces autres choses simplement humaines que sont la jalousie, la cupidité et le pouvoir sur les autres. Accepter tout cela, quelle que que soit la conviction, reste pour beaucoup une étape infranchissable, source d’agressivité, de violence et de haines profondes, souvent héritées depuis l’enfance.

Coexister demande donc de partager en permanence, non pas sur ce qui sépare les uns des autres, mais exclusivement sur ce qui rapproche, sur ce que l’humanité a en commun, l’ensemble des connaissances et études de nos valeurs universelles.

Partager sur ce qui est universel, les athées assurément, en sont capables. Qu’en pensez-vous ?

Pr Raoult, le sauveur que certains espèrent ?

Partagez !
  • 40
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    41
    Partages

La crise du covid 19 à permis de distinguer deux doctrines, celle du Pr Raoult et celle des ”autres” sur l’utilisation de Hydroxychloroquine azithromycine. On aurait comme l’impression que Paris et Marseille s’affrontent. Chacun de nous connait, dans son entourage, des personnes qui CROIENT le professeur Raoult et d’autres qui ne le CROIENT pas.

Comment faire confiance à la science quand d’imminents chercheurs ne parviennent pas à se mettre d’accord face à l’incertitude générale ? On trouvera une partie des réponses dans le caractère inédit de cette crise et l’urgence qu’elle nous fait vivre. Il est possible que ceux qui manquent de repères ou ceux inquiets de l’avenir seront tentés ou auront tendance à rechercher un Sauveur.

Le Pr Raoult est exposé, critiqué, adoré… On lui associe de nombreux termes. Charlatan, génie, reconnu, marginal… C’est cette incertitude (due au traitement de l’information, aux incohérences de notre gouvernement, … ) qui pousse certains à croire, à fermer le champ de réflexion et à rechercher la personne providentielle qui nous sauvera de cette crise. En ces temps de confinement, le langage guerrier est bien souvent utilisé et le besoin de super-hero se fait ressentir.

Revenons-en simplement au fait scientifique. Basons nous sur les chiffres, les essais, participons aux débats scientifiques pour ceux d’entre nous qui ont la connaissance médicale … Pratiquons les gestes barrières. Faisons preuve de patience et d’humilité face à ce virus que l’on connaît si mal. Souhaitons également de notre gouvernement des lignes directrices claires pour le passage au “déconfinement”. Seule la science nous sortira de cette situation.

Et surtout prenez soin de vous.

Nadia. D, secrétaire nationale de la Confédération génération Athée.

UN AN APRÈS, NOTRE-DAME DE PARIS VOUS A-T-ELLE MANQUÉ ?

Partagez !
  • 49
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    50
    Partages

Dernièrement portée comme un symbole du confinement durant le week-end pascal, Notre Dame, depuis l’incendie, est l’objet de toutes les mises en scène de la mauvaise foi catholique. En effet, quoi de mieux pour les cadres et responsables de cette religion que de cacher la honte de leurs échecs cuisants, de leur irresponsabilité cynique et de l’impuissance de leur culte, derrière les ruines d’un monument mondialement connu, emblème s’il en est de l’architecture ostentatoire de l’époque gothique.

LE PIÈGE

Mais cette mise en scène cache un piège habilement utilisé par les communicants de cette religion, cultivant un amalgame à leur avantage, celui de la passion que beaucoup d’entre nous entretenons pour ce genre d’architecture, avec une frénésie, supposée, pour leur croyances. Cet amalgame ne convainc en fait que peu de monde, n’étant pour les décideurs de cette religion, qu’un faire-valoir pour rassurer leur communauté, montrer à leur monde, que l’humanité dans son ensemble, entretient une compassion frénétique pour, non pas le bâtiment, mais bien évidement, leur culte religieux et ses diverses traditions.

A l’image de Notre Dame de Paris ravagée par les flammes, ce culte et ses dérives s’érodent peu à peu, laissant derrière lui des merveilles d’architecture ciselée de la main de l’homme, des restes de mythologie anciens, qui rappelleront à nos générations futures, cette époque ou les hommes croyaient encore en dieu.

Notre Dame ne nous manque pas en tant que temple, mais manquerait à l’humanité, en tant qu’architecture d’exception.  

GR

l’Humanité ne peut permettre à ces gens le moindre pouvoir sur le monde

Partagez !
  • 49
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
    52
    Partages

PLUS J’ENTENDS LES CADRES ET DÉCIDEURS RELIGIEUX, PLUS JE SUIS INQUIET POUR NOTRE CIVILISATION.

Par Gilles Ragnaud.

Il y a ceux qui jouent un rôle auquel ils ne croient pas, la mauvaise foi ayant jalonné leur existence entière. Ceux qui délirent totalement, jouant des scènes d’exaltation proche du trouble paranoïaque. Ceux qui encore, tentent sans y croire mais avec intelligence, de sauver les meubles, et par-delà leur communauté, puis il y a ceux qui enfin suivent, hébétés, stupéfaits, ahuris par les dichotomies et les contradictions de leur culte. Face à cela, nous ne pouvons que convenir d’une évidence, celle que l’humanité ne peut permettre à ces gens et à leurs croyances le moindre pouvoir sur le monde.

Les premiers vivent leur culte comme une entreprise, un business, avec concurrence, plan marketing et image de marque, défendant leur fonds de commerce, leur place, leur pouvoir d’endoctrinement, vendant du dieu et du seigneur comme une multinationale, se faisant camelot et sauveur d’âmes, soldant de l’espoir, bradant de l’amour jusqu’à liquidation totale.

Les seconds sont endoctrinés, délirant, divagant entre l’irrationnel et l’absurde, hallucinés, schizophrènes, paranoïaques, dans l’incapacité de reprendre conscience, tourmentés par la simple idée de sortir de ces sectes, perdus entre bien être communautaire et la peur du dehors.

Les troisièmes, plus érudits, dans la pensée philosophique, l’étude théologienne, sont trop intelligents, trop cohérents pour encore croire aux miracles des bibles. Ils doutent, nécessairement, sans se l’avouer vraiment, cherchant à donner un sens à ces croyances, à leur vie, reprenant les textes anciens, tentant de donner de la crédibilité, traduisant, interprétant, espérant.

Les derniers sont les désabusés, ne croyant plus depuis bien longtemps, écœurés par l’entreprise, la propagande, l’intox et les bassesses. Témoins de l’absurde, ils se demandent encore comment ils ont pu être si puérils, la promesse des cultes ne protégeant de rien, restant animale, faite de prédateurs et de victimes.

De mauvaise foi, malades ou résignés, la vie des cadres et décideurs religieux ne se conçoit que dans ces trois états d’esprit, des faux-semblants néanmoins logiques, puisque n’ayant d’autre choix, que de devoir vivre leur existence autour de mensonges délirants et de leurs conséquences, l’humanité ne pouvant admettre que ces gens et leur croyance puissent avoir le moindre pouvoir sur le monde.

Gilles Ragnaud

AVEC OU SANS DIEU, AVEC OU SANS PRIÈRE. (UN COURS D’ATHÉISME.)

Partagez !
  • 51
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    51
    Partages

La nature ne fait pas de différence entre les êtres humains, quelles que soient leurs convictions, leurs dieux, leurs croyances, ou pas. Ainsi une pandémie, une maladie, un tsunami ou autres catastrophes naturelles, une guerre, une bombe, un missile ou un attentat, peut s’abattre sur chacun d’entre nous sans distinction. Avec ou sans dieu, avec ou sans prière, nous sommes donc toutes et tous à la même enseigne devant la nature et le hasard, une prière n’ayant jamais empêché de souffrir, et un dieu n’ayant jamais protégé un peuple, bien au contraire, l’histoire des religions étant jonchée de morts, de guerres, de tueries et d’horreurs.

Les joies et les peines sont pour tous les mêmes, il n’y a ni destin, ni destiné en cela et pour le reste, et toutes les superstitions n’y changeront rien, ce monde, nos vies, étant liés au hasard, en étant même la source, puisqu’étant tous nés de ce hasard et de son évolution à travers les âges. Et c’est ce même hasard qui fera que l’univers de par sa nature, ou par coïncidence, un jour nous effacera immanquablement, la terre, ses vies et ses merveilles feront alors partie des oubliés parmi les oubliés de l’espace, ne laissant plus une trace de notre passage, si ce n’est, peut-être certains de nos satellites…. et encore, rien n’est moins sûr ! 

En attendant ce jour qui dans tous les cas arrivera, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes, via nos sciences capables de sauver des vies, propulsant notre civilisation vers toujours plus de connaissances, via nos engagements pour la paix, pour l’environnement pour le vivre ensemble, sans dieu ni haine, pour l’avenir, son évolution et les rêves que nous en attendons. Tout cela fait appel à la conscience que l’humanité ne se construit et ne se construira que par nos volontés de faire, d’agir, de fabriquer, d’étudier et de comprendre, rien, jamais, ne se faisant par magie, ou par superstition.

L’athéisme appelle à cette conscience, à la réflexion, via un esprit logique, capable de faire la part des choses, caractérisé par une méthode fondée sur des observations objectives vérifiables et des raisonnements rigoureux. Et là pour le coup, il n’y a pas de hasard, l’humain n’étant fait que de chair et de sang, devant absolument travailler pour obtenir, pour comprendre, et même si parfois nous décrochons des réponses sans forcément chercher, alors ce n’est que de la chance, Alexander Fleming pourrait en témoigner.

Ainsi devant un péril, il y a deux manières de réagir, prier et attendre, ou imaginer une réponse logique, la traduire par une action, un travail, une méthode, et l’appliquer. Cette deuxième manière de faire est souvent aussi celle choisie par les croyants et leurs décideurs, car malgré leurs multiples prières, ils ne sont pas dupes, sachant pertinemment que leurs supplications restent des mots en l’air, à l’heure du « sauve-qui-peut », l’action vaut mieux que les mots.  Alors oui, parmi les plus irréductibles des croyants, certains vous assureront que c’est la prière à dieu qui motive l’action des hommes, qui encourage leur motivation… Reste, et je vous le promets, que même sans prière, la motivation est là, l’action se faisant quand même.

Certes, pour beaucoup, il est aisé de toujours tout rapporter à un dieu, ça évite de chercher à comprendre, de trouver des réponses objectives, de faire preuve d’intelligence, de réflexion, marquant ainsi les limites des superstitions, cette incapacité qu’elles ont à se remettre en cause.

Toujours dans le respect des libertés individuelles et collectives de chacun, tout en restant critique, ce texte est un exemple de ce que pourrait être une approche pour un « cours d’athéisme », ou tout du moins pour une réponse athée lors d’un cours sur la laïcité et les religions dans nos collèges et lycées. Je n’ai bien sûr pas voulu donner de thème précis à ce texte, étant juste un essai, laissant à d’autres, ceux qui sont plus à même que moi d’écrire de véritables cours, le soin de choisir un sujet plus précis, l’athéisme n’en manquant pas.

Je ne manquerai pas de faire appel à plusieurs de mes ami(e)s, auteurs, philosophes, psychologues et autres, afin qu’ils nous éclairent de leurs savoirs, et offrir, par le biais de Génération Athée, les moyens aux professeur(e)s d’avoir des réponses « athées et laïques » à donner à leurs élèves.

Gilles Ragnaud.

Nous avons raté l’avenir des athées et de l’athéisme.

Partagez !
  • 251
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    252
    Partages

LE GOUVERNEMENT PEAUFINE SON PLAN CULTE… SANS LES ATHÉES, ET C’EST DE LEUR FAUTE

Depuis mi-février, Christophe Castaner reçoit, dans la plus grande discrétion, les « responsables religieux » et les « leaders laïques » pour préparer une révision de la loi de 1905… mais sans les athées !  

Et pourtant Génération Athée prépare depuis plus d’un an ce rendez-vous, faisant des propositions pour que justement cette révision de la loi de 1905, prenne en compte les convictions athées. En effet, il y a un an, nous avons mis en place une pétition en ligne, déjà signée par plus de 550 personnes, pour expliquer nos attentes, et faire des propositions pour une laïcité plus démocratique et républicaine, afin d’obtenir un contre-pouvoir légitime face aux cultes religieux.

LA FAUTE AUX GOUROUS DE L’ATHEISME.

Nous attendions un soutien de tous les groupes athées, nos propositions étant ouvertes à tous, et allant dans le sens de tous les courants athées, nous nous attendions à être soutenus par les administrateurs des autres groupes et ou pages d’athées sur les réseaux sociaux, mais pas un n’a dénié soutenir nos propositions pourtant jugées comme étant « LA PLUS GRANDE ÉVOLUTION POUR L’ATHÉISME, DEPUIS LA LOI DE 1905 ». Et c’est pathétique, car si ces administrateurs avaient, ne serait-ce que partagé nos propositions, soutenu nos demandes de réformes, et bien aujourd’hui, nous serions tous reçus, au même titre que les cultes religieux et les leaders laïques, à la table des négociations. Nous avons déjà publié sur ce sujet grave, voir : CES GOUROUS ATHÉES QUI TUENT LES INITIATIVES D’INTÉRÊT GÉNÉRAL. Sont visés plus particulièrement, plusieurs groupes athées, dont l’administration est clairement détenue par de véritables gourous, pour avoir littéralement et consciemment sabordé un travail qui aurait dû nous faire passer de rien, à un statut de reconnaissance de nos convictions par l’État, sa laïcité, ses institutions nationales, obligeant surtout les cultes religieux à devoir faire avec l’athéisme.

En attendant nous athées, avons échoué à participer à une révision que nous n’aurions jamais due rater, une chance rare qui nous aurait permis de donner de l’air à nos GÉNÉRATIONS ATHÉES FUTURES, leurs permettant d’enfin avoir une voix dans notre république, un rôle majeur ouvrant à des évolutions dans tous les domaines : l’éducation, la morale, l’éthique, et tout ce qui touche de près et de loin la vie sociale et politique de notre nation.

Si nous voulons un jour un athéisme capable, SÉRIEUSEMENT, de faire reculer les religions, alors nous devons absolument dénoncer les dérives sectaires de l’athéisme en France ainsi que dans les autres nations en Europe, afin de nous débarrasser définitivement de leurs gourous.

L’athéisme est un engagement, pas un jeu, si nous ne comprenons pas cela maintenant, alors nos générations futures en paieront le prix fort.  

Gilles Ragnaud